Eco Congo

Construisons ensemble le Congo de demain

Vous êtes ici

61 - 70 de 211 résultats
Partenaires: 

Prix de revient des aliments – Performances – Critères de rentabilité
Objectif principal : une grande quantité de viande, un délai court et une faible consommation d’aliments.

Comment le ratio du coût alimentaire peut-il influencer les stratégies ou décisions de gestion et améliorer la rentabilité ?

Auteur(s): 
Partenaires: 

État de lieux des organisations paysannes en Équateur.

En 2010, une première rencontre des paysans a permis de faire un pas dans la construction du futur mouvement paysan de la province. Elle a également permis de formuler des recommandations aux O.P. et aux autorités. Exemple du territoire de Bumba, où les paysans sont travailleurs assidus mais ne profitent guère du fruit de leur labeur.

Auteur(s): 
Partenaires: 

État de lieux des organisations paysannes en Province Orientale.

En Province Orientale, la différence entre dynamique paysanne en ville et en milieu rural est frappante. D’un côté, les agri-éleveurs de Kisangi disposent d’un marché sûr et ont accès à des intrants et produits vétérinaires. De l’autre, les paysans de villages éloignés sont livrés à eux-mêmes. L’union faisant la force, l’UPDKIS regroupe des collectifs composés aussi bien d’associations d’agri-éleveurs que de paysans.

Partenaires: 

Le poulailler et son aménagement

Voici tout ce qu’il faut savoir sur le site à choisir, l’utilité d’un parcours, les clôtures, les matériaux, les dimensions, l’orientation, la ventilation, le pavement, le toit et l’aménagement intérieur d’un poulailler pour débuter sur les meilleures bases.

Auteur(s): 
Partenaires: 

État de lieux des organisations paysannes au Bandundu.

Dans le Kwilu, les leaders paysans constatent que les grands projets ne prennent pas en compte leur structuration et leurs initiatives propres. Au vu des problèmes de commercialisation, dès 2010 les O.P. optent pour la spécialisation et choisissent des filières où ce type de problèmes se présentent moins. Selon Marc Rodriguez, les leaders paysans doivent persévérer dans toutes les régions, car « la route est longue mais elle n’est pas semée que d’embuches. »

Partenaires: 

L’aviculture villageoise répond à des caractéristiques bien précises. Il s’agit ici de proposer des améliorations techniques en évitant de calquer la logique de production développée dans la filière industrielle.

Certaines contraintes (les maladies, les prédateurs…) empêchent l’effet de ces améliorations et découragent les agriculteurs d’investir. Les actions de développement doivent donc s’articuler autour de la levée de ces contraintes. Présentation.

Partenaires: 

L’aliment pour volaille est un assemblage d’ingrédients. Pour obtenir un aliment peu coûteux, rentable et bien équilibré, il faut estimer la valeur nutritionnelle de chaque matière première et faire la distinction entre les aliments disponibles localement ou qu’il faut importer. Les efforts doivent se concentrer sur le maïs, disponible partout et à prix accessible.

Les céréales, les issues de céréales, le manioc, les sources de protéines d’origine végétale, les matières premières d’origine animale ou minérale… Tous les composants de l’aliment volaille sont ici présentés.

Partenaires: 

La pression économique mondiale a modifié fortement la physiologie et la morphologie des poulets de chair, ainsi que les densités en élevage. Cela conduit à rendre le problème d’excès de température pratiquement général et provoque un ralentissement de la croissance.

Cet article propose des adaptations pour réduire le temps de consommation, l’activité physique d’ingestion et la production de chaleur. Choix des aliments, étude du comportement alimentaire du poulet et de son abreuvement sont abordés.

Partenaires: 

La consommation d’aliment conditionne la production du poulet et son coût détermine son rendement économique.

Elle varie en fonction de plusieurs critères, doit être donnée en quantité suffisante et répondre aux besoins de l’animal. Principes de base, détail des besoins du poulet de chair et apports des différents aliments.

Réflexion menée sous la direction des experts du Forum des Amis de la terre (FAT), de la Confédération des producteurs agricoles du Congo (CONAPAC), des Ministères du Développement Rural et de l’Agriculture et du Développement Rural, de l’ONG RCN « Justice&Démocratie », et de la coalition « Agricongo » avec SOS FAIM, VREDESEILANDEN.

Pages