Eco Congo

Construisons ensemble le Congo de demain
81 - 90 de 100

En RDC, le porc, mangeur exigeant, est en compétition avec l’homme. Explication du problème et essai de réponse.

Pour donner un ordre de grandeur, disons qu’il faut environ 400 kg d’aliment pour produire un porc industriel de 100kg. Le porc villageois ne demande pas tout cela et trouve lui-même sa nourriture autour du village, mais ce sytème peu coûteux est également peu productif. Analyse des comportements des éleveurs et pistes pour une meilleure production.

Auteur(s): 
Partenaires: 

Introduction à la brochure « Changer l’agriculture congolaise en faveur des familles paysannes » écrite par Frans Van Hoof et initiée par l’Alliance AgriCongo.

Cette brochure a pour but de faire découvrir le mouvement paysan dans les différentes provinces de RDC aux autorités congolaises et aux grands bailleurs de fonds du secteur agricole, qui ne prennent pas assez en considération les multiples dynamiques paysannes présentes sur l’ensemble du territoire.

Auteur(s): 
Partenaires: 

Paluku Mivimba et Donatien Malonda avaient abandonné leurs travaux agricoles pour aller plaidoyer durant 6 semaines, au nom de leurs collègues paysans, au Parlement National pour l’adoption du fameux « Code agricole », devenu « Loi fondamentale agricole ».

Ils rentrèrent chez eux le 16 janvier dernier, fatigués mais aussi satisfaits et optimistes. Une étape de plus avait été franchie : la commission environnementale du Parlement a en effet, examiné le projet de loi, et a présenté son rapport à l’Assemblée nationale, proposant l’adoption du projet de loi.

Auteur(s): 
Partenaires: 

« Chaque fois que vous prononcez le mot “paludisme”, 10 enfants contractent la maladie » ! État des lieux de la quatrième cause de mortalité chez l’enfant… devant le sida !

Analyse des chiffres, de la répartition géographique et des personnes les plus vulnérables : l’Afrique, l’enfant et la femme enceinte.

Auteur(s): 
Partenaires: 

Si la récolte du producteur agricole est mal rémunérée, c’est souvent dû au fait que tous les producteurs récoltent et vendent au même moment. L’abondance des produits sur le marché provoque la chute du prix d’achat chez les commerçants. Le phénomène peut être pire encore lorsqu’il s’agit d’un produit périssable (fruits et légumes) et que le producteur n’a pas d’autre choix que de vendre immédiatement. D’autre part, le produit récolté n’est parfois pas intéressant pour les consommateurs car il nécessite un traitement préalable (céréales).

Auteur(s): 
Partenaires: 

Les informations de marchés sont cruciales pour les choix stratégiques que doivent faire les producteurs lorsqu’ils veulent se professionaliser ou se spécialiser. Or, les voies de communication dont ils disposent sont assez limitées.

Auteur(s): 
Partenaires: 

La production semencière des paysans multiplicateurs est au cœur de nombreux projets, notamment ceux des ONG, de la BAD et de la Coopération belge, qui appuie Appui au Secteur Semencier.

Auteur(s): 
Partenaires: 

Longtemps, le rôle de la femme paysanne a été négligé, et les handicaps auxquels elle doit faire face sont nombreux. Les choses commencent à changer, avant tout grâce à la détermination des femmes elles-mêmes.

Les femmes paysannes congolaises assurent la production agricole vivrière et la transforment pour la donner une valeur ajoutée. Toutes les enquêtes le confirment. Ce sont elles qui font vivre la société congolaise. Quand bien même le père occupe une fonction salariée si souvent mal payée, c’est encore la femme qui l’aide et qui assure la survie du ménage.

Auteur(s): 

Le canard produit une chair savoureuse qui se marie parfaitement avec les sauces et accompagnements de la cuisine congolaise. Mais cette cuisine reste méconnue d’une partie de la population qui ne l’intègre pas à ses habitudes alimentaires.

Dans les prochains mois doit paraître un livre entièrement dédié aux possibilités de transformation du canard en cuisine familiale et en atelier de charcuterie. Découvrez l’essence de cet ouvrage.

Pages