Eco Congo

Construisons ensemble le Congo de demain
21 - 30 de 100

Depuis toujours, les plantes soignent et nourrissent. Qu’en est-il aujourd’hui en RDC ?

Les plantes médicinales sont utilisées depuis les premières civilisations. Au Sud- et Nord-Kivu, le quinquina permet de combattre le paludisme. Côté nutrition, le manioc, le soja et le mfumbwa sont en bonne place.

Certaines espèces endémiques emblématiques sont mises en avant par les organismes de protection de la nature : si celles-ci sont préservées, une multitude d’autres plus modestes mais essentielles seront également protégées.

En RDC, le gorille de Grauer, l’okapi, le rhinocéros blanc ou encore le bonobo sont quelques-uns de ces animaux ambassadeurs. Panorama explicatif de ces espèces rares ou endémiques et des solutions envisagées pour enrayer leur disparition.

Pour le développement durable de la RDC, certaines actions sont à privilégier.

Voici huit pistes, des infrastructures aux biocarburants, en passant par l’agriculture et le recyclage.

Ils mettent entre 100 et 450 à se dégrader ! Les sachets, jetés n’importe où, ont des conséquences désastreuses sur la vie de tous les jours.

La solution ? Le recyclage, et les alternatives écologiques.

Auteur(s): 
Partenaires: 

Indispensable aux minimums vitaux et hygiéniques, l’eau est également au centre des enjeux agricoles et alimentaires puisque l’agriculture consomme à elle seule 70 % de l’eau douce de la planète.

« L’eau sera le pétrole du 21e siècle, le siècle de la soif ». La formule est un peu dramatique, mais elle a le mérite de résumer les défis à venir en termes d’accès à l’eau potable dans le monde.

L’éducation en RDC aujourd’hui doit forcément être une priorité du gouvernement congolais ainsi que de la communauté internationale et des bailleurs de fonds.

La mise en valeur des potentialités du pays requiert de l’éducation et de la formation. Encadrer qualitativement la jeunesse assurera le futur du pays.

La nouvelle constitution de la RDC prévoit le transfert d’une partie du pouvoir vers les provinces. Cette mesure diminue le pouvoir centralisé de Kinshasa.

Cette décentralisation est néanmoins attendue depuis des décennies et est nécessaire pour ouvrir la porte à un développement régional basé sur les potentialités et les spécificités de chaque région.

La RDC est maintenant dotée d’institutions démocratiques et d’un président élu au suffrage universel. Prochaine étape : sensibiliser la population à son rôle de citoyen.

La bonne gouvernance et la décentralisation peuvent aider à reconstruire la société de la RDC. Néanmoins, une société ne se reconstruit pas sans la participation de tous : il s’agit d’un vaste chantier pour lequel tous doivent travailler ensemble.

Triste paradoxe : la population de RDC ne mange pas à sa faim alors que le pays pourrait nourrir toute sa population. En cause : le sous-exploitation de potentiel agricole.

Le vieillissement prématuré des agriculteurs, la difficulté de vendre au juste prix et l’exode rural n’aident pas à augmenter la production. Une solution proposée : la professionnalisation du secteur.

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) concernent tous les pays en voie de développement et auraient du être atteints d’ici 2015. Mais depuis la crise alimentaire de 2008, la pauvreté ne cesse d’augmenter.

Pages