Eco Congo

Construisons ensemble le Congo de demain
61 - 70 de 84
Partenaires: 

Le champ école paysan est un groupe de 20 à 25 apprenant(e)s se réunissant pour suivre, une fois par semaine et le temps d’une campagne hivernale, une formation de culture d’une parcelle.

L’objectif : via l’observation, l’identification de potentialités et contraintes et l’expérimentation de solutions, faciliter l’apprentissage et l’intégration de nouvelles techniques, tout en tenant compte des capacités et ressources disponibles des producteurs.

Fiche d’information : Niger, mars 2012

Auteur(s): 
Partenaires: 

Jeune et brillante économiste française, Esther Duflo a renouvelé l’économie du développement à l’aide de méthodes aléatoires similaires aux essais utilisés en médecine pour tester l’efficacité des médicaments.

Ses nombreuses études d’évaluation menées sur le terrain lui ont permis de développer une profonde compréhension des mécanismes de lutte de pauvreté. Son objectif : changer la perspective même de l’aide aux plus pauvres.

Auteur(s): 
Partenaires: 

La vente de la récolte est l’étape de la filière agricole qui influence sans doute le plus la motivation du producteur. Cette vente doit non seulement lui permettre de subvenir à ses premiers besoins, mais elle doit en plus lui donner satisfaction au point de l’encourager à poursuivre ses activités dans cette même filière.

Auteur(s): 
Partenaires: 

Introduction à la brochure « Changer l’agriculture congolaise en faveur des familles paysannes » écrite par Frans Van Hoof et initiée par l’Alliance AgriCongo.

Cette brochure a pour but de faire découvrir le mouvement paysan dans les différentes provinces de RDC aux autorités congolaises et aux grands bailleurs de fonds du secteur agricole, qui ne prennent pas assez en considération les multiples dynamiques paysannes présentes sur l’ensemble du territoire.

Auteur(s): 
Partenaires: 

Paluku Mivimba et Donatien Malonda avaient abandonné leurs travaux agricoles pour aller plaidoyer durant 6 semaines, au nom de leurs collègues paysans, au Parlement National pour l’adoption du fameux « Code agricole », devenu « Loi fondamentale agricole ».

Ils rentrèrent chez eux le 16 janvier dernier, fatigués mais aussi satisfaits et optimistes. Une étape de plus avait été franchie : la commission environnementale du Parlement a en effet, examiné le projet de loi, et a présenté son rapport à l’Assemblée nationale, proposant l’adoption du projet de loi.

Table ronde sur le PDDAA en RDC
Kinshasa, le 17 mars 2011

Déclaration d’engagement des partenaires techniques et financiers

Auteur(s): 
Partenaires: 

Longtemps, le rôle de la femme paysanne a été négligé, et les handicaps auxquels elle doit faire face sont nombreux. Les choses commencent à changer, avant tout grâce à la détermination des femmes elles-mêmes.

Les femmes paysannes congolaises assurent la production agricole vivrière et la transforment pour la donner une valeur ajoutée. Toutes les enquêtes le confirment. Ce sont elles qui font vivre la société congolaise. Quand bien même le père occupe une fonction salariée si souvent mal payée, c’est encore la femme qui l’aide et qui assure la survie du ménage.

Partenaires: 

Les paysans du Nord et du Sud-Kivu plaident pour la reconnaissance des documents délivrés par les autorités coutumières.

L’un des moyens de sécuriser les terres de l’agriculture familiale.

Partenaires: 

À côté d’une aide alimentaire d’environ 100.000 t/an, la RDC importe plus d’un million de t/an de produits alimentaires, tandis que les prix en devises de ces produits sont trois fois plus élevés en 2010 par rapport à 2002.

Pages