Eco Congo

Construisons ensemble le Congo de demain

Vous êtes ici

Partenaires: 

Ne jamais oublier qu’un bon habitat, une bonne alimentation et un abreuvement correct, constituent la plaque tournante d’un élevage.

Gestion de l’incubateur, des œufs, des poussins et de la période de croissance : voici les meilleurs conseils et recommandations pour réussir en aviculture.

Quelques bases techniques sont nécessaires pour mener à bien l’élevage de porcs.

Voici une présentation claire et précise du logement, des besoins alimentaires et de la reproduction du porc.

La peste porcine africaine constitue un véritable fléau. Les risques de perdre tout le cheptel sont tellement élevés que l’intérêt pour ce type d’élevage s’en ressent en Afrique Centrale.

Présentation de la maladie, ses symptômes, son diagnostic et les mesures à adopter pour lutter contre l’infection en absence de vaccin et de traitement efficace.

Éléments d’anatomie, de physiologie, comportements et croissance.

Pour les lecteurs non-avertis, il est nécessaire de leur fournir une brève description du porc. Celle-ci consiste en une description anatomique suivie de quelques éléments de physiologie.

Quatre races de porcs peuvent être considérées comme étant les plus intéressantes pour la R.D.C. Ce sont par ailleurs les races qui ont été généralement importées comme « amélioratrices ».

Comparativement, les performances du porc de race locale sont assez médiocres : il a bien sa place au village, où il subvient en grande partie à ses propres besoins, mais n’est pas adapté à l’élevage péri-urbain. Présentation du large-white, du piétrain, du landrace et du duroc, races importées, et des races rustiques des pays tropicaux.

Voici quelques délicieuses recettes à base de porc.

I. Le roulé de pâtes fraîches aux fines escalopes de porc et aux pousses d’épinard, le coulis de tomate aux champignons des prés.
II. Le gâteau de boudin noir aux échalotes confites au vinaigre de cidre et les pommes de Hesbaye poêlées au curry léger.
III. Porc au pondu (feuille de manioc).

En RDC, le porc, mangeur exigeant, est en compétition avec l’homme. Explication du problème et essai de réponse.

Pour donner un ordre de grandeur, disons qu’il faut environ 400 kg d’aliment pour produire un porc industriel de 100kg. Le porc villageois ne demande pas tout cela et trouve lui-même sa nourriture autour du village, mais ce sytème peu coûteux est également peu productif. Analyse des comportements des éleveurs et pistes pour une meilleure production.

Doté de richesses pétrolières et minières importantes, le Gabon n’a pas pour enjeu vital de devenir autosuffisant sur le plan alimentaire. Le pays est largement dépendant des importations, situation qui a peu de chances de se renverser.

Autosuffisant par exemple en œufs de table, le Gabon est loin de se suffire en matière de viande, les importations représentant plus de 90 % de la consommation nationale. Voici un état des lieux des diverses productions du pays et quelques pistes à suivre pour l’avenir.

La ferme expérimentale de l’Université de Liège est le berceau de la sélection du Porc Piétrain Stress Négatif ou Piétrain Réhal-Nn.

L’intérêt de cette « nouvelle race » est sa résistance au stress. Croiser avec le Piétrain verrat est gage d’amélioration : au niveau de la qualité de la carcasse, de la proportion de morceaux nobles, du pourcentage de viande ou encore du classement commercial.

S'abonner à Collaborateurs du CAVTK