Eco Congo

Construisons ensemble le Congo de demain

Vous êtes ici

Partenaires: 

Les ONG et autres associations à but non lucratif ne seraient plus les seules à défendre la durabilité et l’agriculture familiale. Le secteur du cacao en est un parfait exemple : avec l’association flamande Vredeseilanden, on voit comment peuvent s’articuler le travail et les objectifs d’une ONG avec ceux d’une multinationale et comment chacun reste, en fait, sur ses plates-bandes.

Partenaires: 

Parler du marché agricole d’une manière plus globale : comme d’un ensemble dynamique dont tous les partenaires seraient interconnectés. Imaginer ces maillons comme autant de collaborateurs dont les profits dépendraient de ceux des autres. Concevoir l’agriculture comme une chaîne de valeur, c’est ce que propose la revue Défis Sud.

Partenaires: 

Travailler dans l’urgence implique bien souvent le choix de solutions rapides, peu importe qu’elles visent le court ou le long terme. Pour réagir aux crises alimentaires, Gaëtan Vanloqueren remarque que c’est en général la première voie qui est choisie au détriment d’investissements durables tels que l’agroécologie.

L’intérêt de l’agroécologie se situe à plusieurs niveaux : écologique, économique, humain et politique. Elle bénéfice pour le moment de peu de soutien, mais l’intérêt est très fort et les discutions se multiplient. La révolution est-elle en marche ?

Partenaires: 

Pour Brigitte Gloire, la notion d’agroécologie ne sort pas de nulle part : « L’idée de développer une agriculture qui prenne en compte son environnement remonte à plusieurs décennies déjà. »

« Depuis le départ, la sécurité alimentaire n’est pas un problème de quantité mais bien d’accès et de priorisation : » la fonction nourricière doit redevenir la priorité, et des choix doivent être faits en concertation entre gouvernements et producteurs.

S'abonner à Charline Cauchie