Eco Congo

Construisons ensemble le Congo de demain

You are here

Merry-Gaud Coursin

Réflexion menée sous la direction des experts du Forum des Amis de la terre (FAT), de la Confédération des producteurs agricoles du Congo (CONAPAC), des Ministères du Développement Rural et de l’Agriculture et du Développement Rural, de l’ONG RCN « Justice&Démocratie », et de la coalition « Agricongo » avec SOS FAIM, VREDESEILANDEN.

Merry-Gaud Coursin

Réflexion menée sous la direction des experts du Forum des Amis de la terre (FAT), de la Confédération des producteurs agricoles du Congo (CONAPAC), des Ministères du Développement Rural et de l’Agriculture et du Développement Rural, de l’ONG RCN « Justice&Démocratie », et de la coalition « Agricongo » avec SOS FAIM, VREDESEILANDEN.

Merry-Gaud Coursin

En 2006, l’économiste Kalonji Ntalaja a coordonné la rédaction du « Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté » (DSRP) pour la RDC. Aujourd’hui, avec le recul des années, il admet que le processus d’élaboration de ce document fut long et laborieux, à la mesure des problèmes de la RDC. Le plus difficile reste à faire, c’est-à-dire la mise en œuvre du DSRP.

Souveraineté alimentaire, bonne gouvernance… de beaux slogans, selon Kalonji Ntalaja, mais il faut aujourd’hui leur donner une définition précise.

Merry-Gaud Coursin

Vivant depuis plus de 25 ans en RDC, Alain Huart travaille pour l’état congolais « par choix et par conviction », parce qu’il croit en l’urgence de réhabiliter l’état et surtout au partenariat entre l’état et la société civile, particulièrement les associations paysannes. « Les besoins de l’agriculture congolaise on été identifiés par des Congolais, ils n’ont pas été inventés par les bailleurs de fonds », insiste-t-il.

Merry-Gaud Coursin

Longtemps réputée pour la douceur de son climat et la richesse de sa production alimentaire, la province du Sud-Kivu fut le lieu de villégiature privilégié des colons de l’ex-état indépendant du Congo. Depuis plus d’une décennie maintenant, l’ex « Petite Suisse du Congo » a surtout fait parler d’elle pour son instabilité, son insécurité et la dégradation de son niveau de vie, conséquences des différents conflits qui s’y sont déroulés.

Merry-Gaud Coursin

En élaborant le Code agricole, le gouvernement congolais affiche l’ambition de se doter de moyens pour relancer l’agriculture, la pêche et l’élevage. Est-ce une course d’obstacles qui attend les autorités congolaises ? Ou disposent-elles de certains atouts ?

« La nouvelle politique agricole de la RDC a l’avantage d’avoir bénéficié, pour son élaboration, de la participation d’un large éventail de partenaires du secteurs ». Le grand challenge du gouvernement sera de tenir ses engagements malgré le changement constant de ministres et de visions propres.

Merry-Gaud Coursin

Comment favoriser l’investissement privé souhaité en harmonie avec le monde paysan ?

Garantir des transactions honnêtes entre petits et grands producteurs est une des clés fondamentales du développement de la RDC et de l’investissement agricole. En effet, compte tenu de la petitesse du budget de l’État, le développement de l’agriculture passera par le secteur privé. Dans nombre de spéculations, la collaboration entre investisseurs et main d’œuvre locale, est profitable aux deux parties.

Merry-Gaud Coursin

Bolivie, Maroc, Bulgarie, Vietnam, Russie... Ces pays sont tous des Middle-Income Countries (MICs), soit des économies à revenus moyens. Avec 105 autres États, cette catégorie représente pas moins de 72 % de la population mondiale.

Qu’est-ce qu’un MIC, quels sont les défis à relever et les priorités ? Exemples de l’Inde et du Brésil.

Merry-Gaud Coursin

Quelles perspectives tracent le gouvernement actuel et le ministre de la Coopération, le socialiste Paul Magnette ?

D’emblée, le ministre fait de la lutte contre la pauvreté un moyen au service d’un objectif plus général de développement humain durable(1). Mais, crise oblige, le trajet vers l’objectif de 0,7 % du PNB à consacrer à l’aide au développement est suspendu. La Belgique avait atteint 0,64 % en 2010. Les prévisions donnent un budget de la Coopération à 0,50 % du PNB en 2013. Celui-ci sera gelé en 2012 et 2013 à hauteur de 1,476 milliards d’euros.

Merry-Gaud Coursin

Présentation des conclusions du livre « How do we help » de Patrick Develtere (KUL)

Le monde de la coopération au développement, comme d’autres secteurs, est composé d’acteurs qui se livrent à certaines formes de concurrence. Cette compétition se déroule selon des règles que l’on pourrait qualifier de relativement libérales. C’est une des conclusions du dernier livre du professeur Patrick Develtere, de l’Université catholique de Leuven (KUL).

Pages

Subscribe to 5-Appui, aide au développement